Notre monde, leur monde, et l'au-delà se côtoient sans jamais se rencontrer. Jusqu'au jour où...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire des Sirènes/Tritons

Aller en bas 
AuteurMessage
Isilud Longway

avatar

Messages : 83
Nilmin : 3369
Alignement : Chaotique Mauvais

MessageSujet: Histoire des Sirènes/Tritons   Mer 20 Aoû - 20:19


Histoire des Sirènes



Parmi les nombreuses légendes contées par les Perlyans, la plus célèbre reste sans aucun doute celle du roi Férion. Il existe bien des versions de cette légende mais toutes s'accordent sur un point, l’héroïsme dont a fait preuve le triton aujourd'hui élevé au rang de divinité.

Il y a bien longtemps, sirènes et tritons étaient des esclaves au service des Atlantes, un peuple belliqueux et sauvage divisé en nombre de petites cités se faisant la guerre. Pas un jour ne passait sans qu'une nouvelle bataille n'éclate quelque part, entraînant son lot de morts et de blessés. C'était une époque sombre pour les tritons qui avaient cessé depuis longtemps de croire en l'avenir. Parmi eux pourtant, quelques âmes fortes souhaitaient s'élever contre l'ordre établi. Férion était de ceux là.

Un jour, alors qu'il portait comme à son habitude de lourds rochers pour renforcer les défenses du camp des Atlantes, il surprit une conversation qui fit brûler plus fort que jamais l'espoir qu'il avait en lui. Il existerait quelque part dans l'immensité de l'océan une puissante sirène dont la voix seule pouvait plier l'océan à sa volonté, un être qu'aucun Atlante n'avait pu asservir.  Le soir même, lorsque le jeune triton retrouva ses camarades pour partager le frugal repas qui était leur quotidien, il leur annonça la nouvelle. Les premières secondes, tous restèrent sans voix, mais lorsqu'il finit de parler, une tempête de réaction contradictoire secoua leur frêle abri.

« Tu es fou ! » Disaient certains. « Rien ne prouve que cette femme existe et encore moins qu'elle possède les pouvoirs dont tu parles ! »

« Mais les Atlantes en ont peur ! »
Insistaient d'autres. « Si nos tortionnaires réagissent ainsi, c'est qu'il y a une raison. »

Une voix s'éleva alors du fond de la salle

« Admettons que cet être ne soit pas qu'une chimère de vos esprits affaiblis, où le chercherait-on ? L'océan est immense, qui serait assez fou pour oser s'aventurer au hasard dans cet endroit qui nous est interdit ? »

Un silence pesant accueillit cette déclaration. Nul en effet ne savait où la sirène pouvait se cacher. Tous étaient nés esclaves et aucun n'avait mis le pied en dehors du camp auquel ils étaient restreints.

« Moi j'irai. » Férion se leva, brûlant de colère devant une assemblée si indécise. « Regardez donc autour de vous mes frères ! Si nous restons ici, nous sommes morts. Si nous ne faisons rien, notre race s'éteindra. Nous avons été passifs toute notre vie. On nous a battus, écrasés. Nous servons quotidiennement de chair à canon pour des êtres qui nous dédaignent et nous méprisent. Et pour une fois que nous avons l'occasion de changer les choses, vous hésitez ? Bien sûr rien ne nous affirme que cette femme existe, ni même que nous la trouverons. Mais si nous restons ici, notre avenir est tout tracé. » Il marqua une pause, observant tour à tour ses congénères qui semblaient pendus à ses lèvres. « Ce soir, je partirai. Seul ou accompagné, j'irai en quête de cette sirène pour l'implorer de nous aider. »


Alors, Ederas le plus proche ami de Férion se leva pour le rejoindre.

« Ses mots sont justes mes frères. Ce camp ne nous apportera rien d'autre qu'une ruine assurée. Pour ma part, je ne peux me résoudre à rester cloîtré dans la passivité plus longtemps. Je t'accompagnerai donc Férion, et je promets que je ferais mon possible pour que cette quête soit couronnée de succès. »

Sur ces mots les deux amis sortirent, suivis par un petit groupe galvanisé par leurs paroles. Ils s’élancèrent doucement dans l’obscurité et bientôt des hurlements retentirent derrière eux. Une véritable boucherie s'ensuivit. Plus rapides, les Atlantes eurent tôt fait de rattraper les évadés qu'ils massacrèrent en quelques instants, changeant le ton limpide de l'eau en un épais brouillard pourpre. Par une chance inouïe toutefois, Férion survécut au carnage. Caché parmi les cadavres de ses camarades, il attendit avec horreur que les bourreaux s'éloignent en laissant aux créatures de la mer le temps de nettoyer les cadavres.

Maintenant solitaire, le triton ne prit pas le temps de pleurer les morts et reprit son chemin, convaincu qu'il trouverait celle qu'ils étaient partis chercher. Pas une fois le doute ne s'installa en lui alors qu'il nageait au hasard dans l'infini de l'océan, pas une fois son cœur ne trembla lorsqu'il affronta les horreurs que recèlent les abysses. Et après plusieurs jours de périple, une mélodie se fit entendre. Chamboulé, Férion se dirigea aussi vite que possible vers cette douce voix qui semblait l'appeler. Rien n'existait plus à part cette présence qu'il sentait au loin et qui faisait pulser les eaux dans lesquelles il nageait.

Devant lui se dressait une grande bâtisse de corail qu'il remarqua à peine, toute son attention focalisée sur la sirène qui semblait l'attendre. Alors qu'il approchait, le chant diminuait d'intensité jusqu'à s'éteindre totalement. Elle était d'une grande beauté, ses yeux brillants comme s'ils renfermaient à eux seuls tous les trésors des océans.

« Bonjour Férion, je suis celle que tu recherches, mon nom est Lyre. Suis moi et je t'offrirai de quoi accomplir ton objectif. »

Comme hypnotisé, le triton la suivit sans poser de question. Par la suite il demeura dans l'édifice pendant 3 jours et 3 nuits pendant lesquels Lyre ne s'arrêta pas de chanter. Lorsque Férion sortit enfin à l'aube du quatrième jour, il avait changé. Si son mental de héros n'avait pas été affecté ce n'était pas le cas de son corps qui était maintenant tout en muscle. Armé d'un trident et d'un filet, il déposa un baiser sur la joue de Lyre avant de s'élancer dans l'océan.


Nombre de documents parlent des batailles qu'avait livré Férion après avoir reçu la bénédiction de la sirène. Cette légende toutefois mentionne seulement que la race Atlante disparut dans les semaines qui suivirent et que nul n'en entendit plus jamais parler. Quant à Lyre, elle s'engagea à aider Férion et ce qui allait devenir les Perlyans à construire leur cité, après quoi elle s'y installa afin d'apprendre aux nouveaux-nés son savoir, faisant ainsi apparaître les premiers Lyristes dont l'art perdure encore aujourd'hui. Elle donna aussi à Férion quatre enfants qui à la mort de leur père se partagèrent le fardeau de veiller sur les Perlyans. Ainsi naquirent les clans connus aujourd'hui comme les Nestcand, les Angol, les Meldis et les Alfura. Quand à Lyre, elle s'évanouit dans l'océan à la mort de son mari et l'on dit qu'elle veille encore sur son peuple depuis sa grande tour de corail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire des Sirènes/Tritons
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harthad :: Entre-deux :: Informations :: Histoires-
Sauter vers: