Notre monde, leur monde, et l'au-delà se côtoient sans jamais se rencontrer. Jusqu'au jour où...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réminiscence nocturne [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vraska Phyym

avatar

Messages : 82
Nilmin : 1933
Alignement : Chaotique neutre

MessageSujet: Réminiscence nocturne [libre]   Lun 28 Juil - 2:43

Quelques rayons opales traversaient l'immense jardin baigné de lumière. Il semblait à Vraska que la lune brillait davantage ce soir car le ciel avait perdu sa plus belle étoile. Sa défunte sœur avait quitté ce monde en ce jour fatidique et marquait ainsi l'anniversaire de sa mort. Jusqu'ici, la jeune femme s'était contentée d'un deuil pudique dont elle avait presque honte à chaque début d'été. Mais jamais encore Vraska n'avait osé fouler la terre interdite de si près. Le drame s'était produit à Highland quelques années auparavant mais le chagrin et le manque, eux, demeuraient intacts comme au premier jour. Néanmoins, Vraska avait fait un pas de plus dans l'acceptation de son passé : elle se trouvait tout près de la capitale dans un lieu chargé de souvenirs d'enfance. Des parfums familiers lui chatouillaient les narines, si bien que leur réminiscence lui fit monter les larmes aux yeux. Mais elle avait apprit à ne plus pleurer la mort d'autrui, après tout il n'existait aucune rumeur à propos de morts ressuscitant des pleurs. Il n'était pas non plus question de rebrousser chemin après ce long voyage qui lui avait demandé de prendre beaucoup de précautions ennuyeuses. Sous aucun prétexte Vraska ne devait être aperçue par  les fantômes de son passé. C'est pourquoi elle voyageait à la tombée dans la nuit dans ce lieu désert au coucher du soleil afin d'y trouver un peu de réconfort et de nostalgie. La plus grosse crainte de Vraska était d'oublier le visage de sa tendre sœur ainsi que les précieux souvenirs qui les avait liées durant toutes ces années. La sorcière se surprit à rêvasser sur l'apparence qu'aurait Aleyna aujourd'hui si elle n'avait pas quitté ce monde. Une vague de nostalgie vint lui serrer le cœur lorsqu'elle aperçue le bosquet familier devant lequel les deux sœurs jouaient autrefois. Des souvenirs épars traversèrent son esprit de toute part, la submergeant de rires candides, de ritournelles stupides et de glaces à la fraise. Jamais sa mémoire n'avait été si précise jusqu'à ce jour où elle avait décidé de trahir ses principes. Luthania était une terre défendue depuis qu'Aleyna avait quitté ce monde dans la capitale. Mais Vraska avait ressentit le besoin de faire une halte dans son périple pour rendre hommage à l'être perdu même si cela compromettait ses plans. Par chance, l'endroit était désert et aucune âme ne semblait d'humeur assez bucolique pour s’aventurer dans le jardin en pleine nuit.

Chaque pas supplémentaire qui l'enfonçait plus loin dans le jardin et dans ses souvenirs sonnaient comme un glas où son cœur se brisait en miettes à chaque foulée. Vraska se demandait alors pourquoi elle s'infligeait tant de souffrances inutiles. Son âme n'était-elle pas assez tourmentée pour venir narguer les Dieux sur les lieux du crime ? Quand la sorcière repensait à la mort d'Aleyna malgré elle, le jardin d'Eden se transformait en véritable cauchemar où des souvenirs malsains l'étouffaient avec délectation. Dans un ultime espoir, Vraska se surprit à prier secrètement un Dieu auquel elle n'avait jamais accordé le moindre crédit. Elle le suppliait en son fort intérieur de lui rendre sa chère sœur et se trouvait ridicule d'être tombée aussi bas. Tandis que la demoiselle se perdait en dérision, un froissement de buisson et des bruits de pas l'arrachèrent de sa rêverie. Elle sursauta et sentie son poud palpiter. Vraska s'écria alors dans un murmure :


    « Aleyna... »


Le jardin replongea dès lors dans le silence de la nuit. A la fois déçue et agacée par sa crédulité, Vraska sourit de bon cœur la tête dans le creux de sa paume.


    *Allons Vraska, tu sais bien qu'Aleyna n'est plus de ce monde. Cesse donc un peu de croire que les regrets peuvent revenir à la vie.*


Néanmoins, l'herbe fraîchement coupée lui indiquait que quelqu'un était vraisemblablement passé ici. Un frisson lui parcouru l'échine. Vraska redoutait que son pèlerinage ne se transforme en vulgaire guet-apens. Son obsession l'avait conduite à se mettre en danger et à laisser passer ses désirs égoïstes avant la sécurité d'autrui. Sur ses gardes, la jeune femme ouvrit sa sacoche en cuir solidement attachée à sa ceinture et caressa frénétiquement les fioles du bout des doigts. Le contact du verre la rassura, elle savait que ses fioles pouvaient éviter que la situation ne lui échappe. Mais Vraska n'avait pas prévu de faire des rencontres impromptues et encore moins d'avoir recourt aux poisons fraîchement concoctés. De plus, la sorcière n'avait pas encore eu l'occasion de tester certains de ses produits qui pourraient avoir des effets secondaires fâcheux. Il était tout à fait impensable d'avoir recours à des produits dangereux dont on ignorait les effets sur de parfaits inconnus aussi intrusifs soient-ils. Vraska tenta de se rassurer en songeant que ces personnes souhaitaient certainement ne pas être dérangées comme elle le désirait à son tour. Mais la réalité semblait toute autre puisque la jeune femme sentie une singulière présence...


« Je vous laisse mon seul et unique héritage : le regret. » - Vraska

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mylän Fendragon

avatar

Messages : 97
Nilmin : 2414
Métier : Aventurière
Alignement : Strict neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Mer 30 Juil - 20:59

Le Silence. Un ami à double tranchant, nécessaire et si souvent pesant ; il tient compagnie à plus d'une créature sans jamais rien n'exiger et même, réclame parfois à se briser ; il sublime les paysages, leur confère une certaine magie appréciable seulement pour qui sait l'aimer. C'était d'ailleurs le cas cette nuit-là dans les Jardins des Highlands. Tandis qu'au loin le tumulte de la ville battait son plein, le silence lui, régnait en maître dans cette océan de verdure. Le Silence, c'était là la quête d'une jeune âme : une sorcière plus précisément. La raison de sa présence était toute simple : la folie citadine avait finit par l'exaspérer ainsi, elle se souvint de ce qui était pour elle, le joyau de Luthénia, son petit Eden qu'elle aimait profondément. Rassérénée par l'atmosphère, l'esprit désormais apte à toute les méditations. Immobile, le Zéphyr prenait plaisir à caresser ses longs cheveux blond de la même manière qu'il aimait à jouer avec son sombre manteau long. Son visage ne laissait transparaître aucune émotion ; ses yeux étaient clôt, on aurait put croire qu'il s'agissait d'une statue. Elle réfléchissait, se concentrait.

*Cette fois, c'est la bonne !*

On entendit alors le bruit d'une machine qui s'allume, l'arrogance teintait un cri victorieux jusqu'à ce qu'il ne devienne frustration. La jeune femme chuta dans le vide avant de rencontrer le sol... pour la troisième fois. Quelques propos fleuris furent maugréés, elle blâmait les humains d'avoir créé cette infernale machine, ce maudit engin dont la pratique lui échappait. Devant elle, toujours allumé, le skate antigravité flottait tranquillement malgré la foudre d'un regard sorcier. Pourtant, ce n'était pas la première fois que Mylän se rendait au pays humain, toujours dans le but de retrouver Luneth, seulement, la nature éphémère de ses pérégrinations en Luthénia ne lui avait permit, jusqu'ici, qu'entrevoir cette étrange civilisation; tout ce qui était attrait à ces terres lui était, pour ainsi dire, quasiment inconnu... la technologie plus particulièrement. Elle était si différente de ce qu'elle avait connue jusqu'alors, si différente de la technologie magique. C'est ainsi que fidèle à elle même et fidèle à son irascible curiosité, elle acheta une invention qui l'avait interpellée. Un bout de métal capable, disait le vendeur, de léviter. Enthousiaste, elle acheta le skate, quitta vite la ville, s'isola afin essayer la machine. Bientôt la demoiselle se rendit compte que le maniement était ardu à maîtriser et s'offusquait en songeant aux gamins qui jouaient avec. Après être tombée une énième fois de la machine, elle l'éteignit, la plia avant de la ranger dans son sac, dépitée. Lançant un regard attendri vers l'ambre de son pendentif, elle songea :

*Je paris que si tu avais été là, tu serais par terre à te tordre de rire.*

C'est alors que la lueur emprisonnée lui parut briller d'un plus fort éclat comme s'il réagissait aux propos de la jeune femme. Peut-être réagissait-il vraiment ? Cette idée, bien qu'incroyable, lui paraissait tout à fait plausible et, quelque part, renforçait l'idée que Luneth était en vie. Cette éventualité lui paraissait tout à fait fascinante, peut-être folle mais tout à fait merveilleuse. Plongée dans ses pensées, Mylän avançait droit devant elle d'un pas rapide, sans porter de réelle importance quant à sa direction. Elle ne fit même pas attention aux bruissements alentours. Pourquoi s'en faire ? Elle se trouvait dans un jardin, le fait que des animaux puissent trouver refuge dans un jardin lui paraissait évidente. Et si ce n'était pas un animal, alors il devait s'agir d'une autre créature, un homme ou autre. Un piège ? Ce n'était pas à exclure même si l'idée ne lui avait nullement traversé l'esprit. Qu'est-ce qui pouvait lui tomber dessus ?


[HRP= J'espère que ça ira ^^' ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vraska Phyym

avatar

Messages : 82
Nilmin : 1933
Alignement : Chaotique neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Sam 2 Aoû - 0:56

[Hrp : Comme Aleen ne m'a toujours pas répondue, je prend la liberté de te répondre. Elle pourra toujours nous rejoindre un peu plus tard si le cœur lui en dit. ( : ]

Alors que Vraska restait sur ses gardes, un bruit mécanique la fit sursauter. Désormais, elle savait que la présence était humaine. Dans son étonnement, la jeune femme avait pressé l'un de ses flacons qu'elle tâtait jusqu'ici pour se rassurer. Fort heureusement, sa pression n'avait pas été forte au point de briser le verre. Vraska n'avait jamais pensé jusqu'ici au danger que représentaient ces fioles si jamais elle les brisait de sa main par inadvertance. Non seulement les effets du poison se dissiperaient dans l'air mais surtout, la blessure du verre sur sa peau pouvait s'avérer plus mortelle que le contenu de ces fioles. Le rythme de son cœur s'apaisa peu à peu, il y avait eut plus de peur que de mal. Néanmoins, l'angoisse de tomber sur une personne mal intentionnée continuait de peser sur l'estomac de la demoiselle qui sentait ses jambes trembler. D'ordinaire, la sorcière s'équipait suffisamment pour affronter le danger et éviter les rencontres fortuites. Mais ce soir, trop occupée par le deuil qu'elle portait à sa tendre sœur, elle n'avait pas prit le nécessaire et pire encore elle n'était pas sûre des effets de ses multiples poisons fraîchement concoctés. Le plus sage aurait été d'ignorer l'inconnu(e) à l'origine de tous ces bruits. Mais Vraska était bien décidée à rester ici jusqu'à l'aube pour se repentir. Après tout, elle n'avait pas souvent l'occasion de venir à Highland à raison d'une fois par un. Il n'était donc pas question de tout laisser tomber pour une simple intrusion.

Déterminée à affronter cette personne coûte que coûte, Vraska marcha d'un pas sûr jusqu'à la source du bruit. Bientôt, elle se fraya un chemin entre les buissons touffus en prenant soin d'écarter quelques branches pour faire un état des lieux. Foncer dans le tas tête baissée était inconcevable. La sorcière n'avait que faire de la politesse mais si la personne en question était dotée d'un caractère impulsif et dangereux elle courrait un risque. D'un regard furtif, Vraska observait la jeune femme qui se trouvait à quelques mètres de son buisson. Un genoux à terre et le coude opposé appuyé sur sa cuisse relevée en angle droit, la demoiselle retint un cri d'étonnement. Son imagination n'était pas assez fantaisiste au point d'inventer un médaillon scintillant de manière autonome. Interdite, Vraska observait avec étonnement et un brin de fascination l'objet magique. Soudain, elle se ravisa, sur ses gardes. Si cette femme semblait paisible au premier coup d’œil, il était clair que cette mystérieuse magie pouvait s'avérer suffisamment puissante pour lutter contre le poison. Mais il était trop tard pour rebrousser chemin, surtout si la demoiselle souhaitait rester ici jusqu'au petit matin. Elle se leva calmement pour ne pas surprendre l'inconnue et se dirigea vers elle sans rechigner. Cette dernière feigna de toussoter pour avertir la jeune femme de sa présence avant de déclarer d'un ton solennel :

    « Je n'ai pas l'intention d'ouvrir les hostilités. » dit-elle pour annoncer patte blanche avant de reprendre. « J'ai à faire ici et compte bien y rester. Si cela te dérange, libre à toi de quitter ces lieux ou d'accepter le voisinage. »


Vraska se passa machinalement la main dans les cheveux, quelque peu gênée par la situation. Face au silence de son interlocutrice, la jeune femme cru bon de se justifier.

    « Ecoute... » son ton était maintenant plus doux, comme si la jeune femme s'avouait vaincue. « Je pensais être seule et je suis désolée d'avoir été si franche avec toi. Je sais que le tact n'est pas ma tasse de thé mais je ne suis pas d'humeur à me chamailler. »


La sorcière lança un rapide coup d’œil au ciel et aux étoiles qui brillaient de mile feu, d'ici, elle savait qu'Aleyna était une de ces étoiles. D'un air pensif, Vraska osait à peine regarder son interlocutrice. Peu douée dans les rapports sociaux, la jeune femme préférait se taire car elle commençait à se demander si ses rajouts n'envenimaient pas davantage la situation. Elle espérait simplement que la situation ne dégénérerait pas à cause de son absence de tact légendaire. Patiente, la sorcière attendait la réponse de l'étrange demoiselle à l'amulette scintillante pour savoir si la nuit allait être pacifique ou agitée.


« Je vous laisse mon seul et unique héritage : le regret. » - Vraska

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mylän Fendragon

avatar

Messages : 97
Nilmin : 2414
Métier : Aventurière
Alignement : Strict neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Sam 9 Aoû - 5:04

Mylän sourcilla légèrement à la vue de son interlocutrice. C'était à peine si elle l'avait remarquée et jamais elle n'y aurait prêté attention si la demoiselle n'avait pas toussoté. Son apparence l'avait légèrement déconcerté; si pâle et si frêle qu'elle eu, l'ombre d'un instant, l'impression qu'un spectre se tenait en face d'elle. Une illusion rapidement balayée, il était clair que la jeune femme était faîte de chaire et de sang... bien qu'elle était tentée à l'idée de vérifier par le toucher. Après tout, avait-elle déjà rencontré quelqu'un de l'au-delà? Non. Aussi, toute hypothèse était bonne à prendre, même les plus invraisemblables. Son visage imprima alors un bref rictus avant de sombrer vers l'impassibilité, le petit effet de surprise s'était envolé. D'une oreille attentive, Mylän écoutait les aspirations de la demoiselle qui tendaient vers une totale solitude. La sorcière se garda d'en demander les raisons, ni même ce qui la poussa à faire sa rencontre. Avait-elle été si bruyante pour la perturber ? Elle l'ignorait... et ne s'en préoccupait guère. Était-ce par indifférence ? Un peu. Ce qui la perturbait davantage portait sur l'hostilité. Quelle hostilité ? Mylän n'avait exprimé aucun signe abondant dans ce sens à moins que la demoiselle n'en faisait qu'une prévention ? Son ton alors était à modifier si vraiment elle souhaitait la paix, ce qu'elle fit par la suite. La jeune sorcière gratta instinctivement l'arrière de sa tête, pensive. Son regard arc-en-ciel prêta un nouveau coup d'oeil sur son pendentif tandis que son interlocutrice paraissait s'en remettre aux étoiles un très bref instant. Il y avait quelque chose d'étrange chez cette jeune femme. Elle qui sortit de l'ombre pour lui parler et qui désormais, osait tout juste la regarder. Honteuse ? Timide ? Embarrassée ?

- Pourquoi irions-nous nous chamailler ? Le jardin est assez grand pour nous deux non? Dit-elle, incrédule et regard interrogatif à l'appui. Peut-être ai-je perturbé votre entreprise ? Ajouta-t-elle tranquillement tout en cherchant discrètement à croiser les deux perles turquoise qui semblaient la fuir.

Et... s'arrêta au bout de quelques instants, pensant que cela pouvait être mal interprété. Pourtant, sa volonté était tout autre que de lui chercher querelle. Un regard est un premier contact, une fenêtre sur l'âme alors... si elle tentait d'éviter, alors peut-être avait-elle une âme tourmentée qui cherchait à se cacher ? Ou alors elle n'était pas très au fait des relations sociales.... Peut-être s'agissait-il d'une timide sur la voie de la guérison en plein exercice? Aussi Mylän ne tint pas à provoquer de tension supplémentaire en posant trop de question.... du moins, pour le moment. Son regard pétillant trahissait pour elle sa curiosité.

- Je comptais réessayer cette machine et je ne compte pas quitter les lieux sans savoir la manier. Je suis, voyez-vous, parfois têtue. Dit-elle en sortant la planche de sa besace. Si vous tenez tant à la solitude, je peux tout simplement disparaître de votre vue... Seulement, il y a de très fortes chances de m'entendre à nouveau et cela ne durera qu'un temps. Où peut-être savez-vous comment manier cet indomptable bout de ferraille ?

Mylän essayait de prouver sa bonne foi. Cette jeune femme aux allures de fantôme avait piqué sa curiosité au vif, elle avait envie d'en savoir un peu plus, de discuter. La sorcière était toujours ravie de faire une nouvelle rencontre, cependant, il était aussi fort probable que la demoiselle en question ne partageait guère son enthousiasme. Ainsi, elle se préparait mentalement à quelques éventualités, au cas où.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vraska Phyym

avatar

Messages : 82
Nilmin : 1933
Alignement : Chaotique neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Mer 13 Aoû - 3:25

[Hrp : Aleen m'a confié vouloir nous rejoindre. Du coup j’introduis sa présence dans ce RP pour lui faciliter la tâche et pour une meilleure fluidité.]

Vraska fut d'abord en proie à la perplexité, quelques mètres auparavant la jeune femme était persuadée de s'adresser à une jeune personne. Mais la sagesse de ses paroles et ses traits détaillés de plus prêt montrait que l'inconnue devait certainement être de la même génération que Vraska. La sorcière se sentit quelque peu honteuse d'avoir ainsi traité cette personne avant tant de négligence. Après tout, elle ne s'intéressait vraiment que trop peu aux autres pour les cerner de si bon train. La jeune femme avait tout de suite tiré des conclusions hâtives en voyant cette frêle demoiselle s'essayer à un skate antigravité qui était d'ordinaire la coqueluche des adolescents. Mais la sorcière n'avait pas le temps de s'attarder sur sa honte passagère et reprit ses esprits sans sourciller. Contrairement à elle, son interlocutrice faisait preuve d'une finesse remarquable dans ses propos. Vraska se contenta de hocher la tête en signe d'approbation. Cette dernière voulait juste s'assurer d'être en terrain pacifique et ne cherchait nullement à envenimer la situation, bien au contraire. La demoiselle fut donc quelque peu rassurée de constater l'absence d'animosité chez la sorcière. Une querelle à cette heure-ci et dans de telles conditions n'aurait pas été à son avantage. Ceci expliquait sûrement la tension que la sorcière avait ressentie au point d'être à la limite de l'agressivité lorsqu'elle s'était adressé à l'inconnue. Sa présence ne la dérangeait pas autant qu'elle l'aurait imaginé de prime abord. Singulièrement, Vraska trouvait en cette personne quelque chose d'étrangement apaisant. La demoiselle ne savait pas s'il s'agissait d'une mystérieuse aura qui émanait de la femme aux yeux multicolores, d'une sagesse contagieuse ou simplement le fruit du pendentif étincelant. Même si ses compétences sociales étaient pauvres, il sembla à la sorcière que son interlocutrice faisait preuve de curiosité. Vraska était lucide et se savait ainsi être de mauvaise compagnie et fut donc quelque peu étonnée de susciter l’intérêt de cette énigmatique personne. La nuit était particulièrement douce et le vent venait danser dans les cheveux blancs dénoués de la sorcière qui restait figée comme une enfant fautive. A son tour curieuse de comprendre les mécanismes qui poussait cette femme à s'intéresser à elle, Vraska décida d’accéder à sa requête. Elle haussa d'abord les épaules puis se dirigea vers l'impétueuse machine sans un mot. Fort heureusement pour la novice, ce modèle n'avait guère changé en un siècle de technologie. Après tout les humains étaient bien plus concentrés à développer de nouvelles armes de guerre plutôt qu'à améliorer le superflu.

    « Et bien, je savais en faire le siècle dernier. Espérons que ma mémoire ne me fasse pas trop défaut. » dit-elle avec un sourire audacieux montrant ainsi son enthousiasme pour le défi. « Il y a une sorte de levier sur votre droite. Ce dernier règle l'intensité de la gravité mais joue également un rôle sur la vitesse de l'engin. N'hésitez pas à le mettre au minimum pour commencer. »


Vraska luttait pour ne pas se laisser ronger par le ridicule. Après tout sa fierté avait déjà été piétiné auparavant suite à son entrée fracassante. Elle n'aimait pas trop se rattacher à ses souvenirs d'enfance, surtout lorsqu'ils touchaient de trop prêt à toutes ces « humaniaiseries » -mot qu'elle avait inventé jadis en tournant en dérision les fruits de la création humaine- et les réminiscences de sa tendre sœur. La jeune femme soupira comme pour chasser le brouillard dans son esprit et pour se donner le courage nécessaire d'aller au bout de ses actes. Puisqu'elle n'était plus à un conseil prêt cette dernière ajouta :

    « Le secret de l'équilibre ne repose pas dans les jambes mais dans l'assiette. Vos jambes doivent être placées parallèlement au centre de la planche. Ce ne sont pas vos genoux qui doivent fléchir mais c'est la souplesse de votre bassin qui sera mise à rude épreuve. Une légende urbaine dit que lorsqu'on maîtrise cette machine infernale, monter à cheval est un jeu d'enfant. » plaisanta t-elle avec légèreté.


La dérision était l'arme la plus efficace de Vraska lorsqu'elle perdait pied et cette situation n'y échappait pas. Alors que la jeune femme pensait passer la soirée à regarder la sorcière se débattre avec ce tas de ferraille en faisait des prognostiques secrets sur le vainqueur, son entreprise fut perturbée par l'apparition d'un autre antagoniste. Immédiatement, Vraska tourna la tête en direction du bruit gracieux que faisait le nouvel intrus. La sorcière ferma un instant les paupières et se blâma elle-même d'avoir eut une idée aussi stupide que venir dans ce jardin en pleine nuit. Elle ouvrit les paupières dans un long soupir et déclara à la sorcière aux yeux miroitants :

    « Espérons que celui-ci ou celle-ci vienne aussi dans l'espoir d'avoir des cours de rattrapage. » dit-elle avec un sourire railleur mais d'un ton exaspéré qui traduisait son pessimisme quant à la nouvelle personne qui allait faire son apparition.


« Je vous laisse mon seul et unique héritage : le regret. » - Vraska

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleen Fox

avatar

Messages : 59
Nilmin : 2450
Métier : Cuisinier
Alignement : Chaotique Bon

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Mer 13 Aoû - 13:07

La nuit tombait sur les jardins d'Highland, après s'être assurée qu'elle ne croiserait personne Aleen quitta enfin sa forme animale. Elle avait passé la journée en ville, ce qui lui avait permis de constater que dans le monde des humains les renards n'y étaient pas les bienvenus. Du moins c'est ainsi qu'elle avait interprété la réaction de ce tavernier miteux qui l'avait accueillie à coups de carabine, la forçant à reprendre subitement la forme d'une jeune femme. L'homme sidéré lui avait alors offert le repas qu'elle s'apprêtait à prendre en guise de dédommagement. Ou bien cela pouvait être dû au hachoir avec lequel, de rage, elle lui avait très légèrement effleuré la gorge. Elle sourit repensant à ce fâcheux incident qui lui avait tout de même valu une vilaine éraflure à l'épaule droite, c'est que cet hurluberlu savait tout de même viser, elle avait eu un mal de chien à esquiver ses balles et le changement de masse provoqué par sa transformation l'avait induite en erreur.
Enfin, elle avait rejoint les jardins, reprenant se forme animale pour plus de discrétion mais aussi car elle sentait que la faim commençait à la tirailler. Elle s'était lovée contre un arbre, entre deux grosses racines sur un tapis de feuilles et de mousse. Cela ne valait en aucun cas le lit douillet dans la petite chaumière de Moune mais elle préférait dormir en extérieur plutôt que dans le lit crasseux d'une auberge, entourée de poivrots en tout genre et de voyageurs étranges. Pensive, elle cherchait dans sa besace un morceau de viande séchée pour calmer la faim lancinante qui déchirait à présent son estomac tout en imaginant ce qu'aurait été cette soirée si Moune n'avait pas été attaquée par ce stupide damné.
Elle sentait la chaleur des flammes dansant dans la vieille cheminée de pierre, entendait le chant des couteaux qu'on aiguise, sentait la douce odeur de ce fameux poison qui avait fait la gloire de Moune. Elle gagnait ses narines, comme si elle était réelle. Tous les sens d'Aleen s'éveillèrent en un instant, les sentiments d'horreur et d'incompréhension se mêlèrent en elle : l'odeur était bien réelle.
Elle se transforma à nouveau en renarde pour bénéficier plus largement de son odorat et de son agilité et se mit à courir déployant les muscles de ses membres, se propulsant de toutes ses forces. Cela était impossible, Moune était... elle ne pourrait plus revenir du monde de l'au delà, elle avait disparu pour toujours. Les larmes aux yeux elle continuait sa course effrénée à travers les jardins quittant le couvert des arbres, même sa faim si douloureuse l'avait quittée. La lune était pleine pourtant, mais guidée par son odorat Aleen ne le vit même pas, ses autres sens étaient brouillée et elle n'avait à cet instant pour raison de vivre que cette odeur si familière de laquelle renaissait un espoir insensé.
Enfin elle arrivait, l'odeur se rapprochait elle touchait au but. Elle pu se ressaisir un instant et se dissimula dans les fourrés tandis qu'un curieux spectacle s'offrait à elle : deux femmes, probablement des sorcières, tentaient d'utiliser une curieuse machine qui avait tout l'air d'être une invention humaine. Elles n'avait pas l'air de l'avoir remarquée et il semblait que l'une d'elle -celle aux grands yeux d'émeraude- tentait d'expliquer à l'autre -celle aux longs cheveux aux reflets improbables mais majestueux- le fonctionnement de la fameuse machine. Aucune d'elle ne paraissait hostile, mais la sorcière aux yeux d'émeraude était sans nul doute ce qui l'avait menée jusqu'ici : elle possédait le poison de Moune. Le plus étrange cependant était que l'odeur du poison émanait d'elle comme si elle en avait été constitué, cela était pourtant impossible, elle aurait alors dû mourir depuis longtemps.
Il n'y avait alors qu'une seule manière d'apporter des réponses au flot de questions qui traversaient l'esprit de la jeune femme : elle n'avait qu'à les lui poser.
Dans un léger froissement, la renarde effectua un saut élégant, durant lequel elle repris forme humaine et atterrit entre les deux femmes.

"soigner tes entrée est la moindre des choses, cela te donnera fière allure et pourrait même te sauver la vie"

lui répétait Moune auparavant. Elle avait scrupuleusement suivi cette doctrine durant des années mais elle ne voyait toujours pas comment cela pourrait un jour lui sauver la vie. Cependant elle continuait par respect pour la mémoire de la sorcière qui l'avait adoptée.

-Bonjour mesdames, je vous prie de m'excuser mais j'aimerais discuter un moment avec vous -elle désigna la sorcière aux yeux d'émeraude- c'est à propos de ce que votre sang...contient. Vous n'êtes pas censée posséder ce produit.

Elle avait parlé calmement, un peu froidement peut être, mais son visage affichait un sourire poli qui excluait toute trace d'hostilité dans ses intentions. La sorcière dont suintait la délicieuse odeur de la mixture démoniaque inventée par Moune la regardait, ses grands yeux affichaient tant de la surprise que de la lassitude. Elle devait se demander ce qu'un animorphe solitaire pouvait bien faire ici à cette heure, d'autant plus que son totem -le renard- est un être diurne. Tout comme Aleen elle avait du se rendre dans les jardins de nuit pour se retrouver seule ce qui n'était, elle en convenait, pas une si bonne idée dont elle venait également de faire les frais. Elle sourit plus largement :

- Je ne vous embêterais pas longtemps, je cherche simplement des réponses.



Notre passé nous rattrape toujours ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mylän Fendragon

avatar

Messages : 97
Nilmin : 2414
Métier : Aventurière
Alignement : Strict neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Jeu 28 Aoû - 17:18

Enfantin; c'était là la seule chose qui lui vint à l'esprit face à la démonstration. Et pour cause, entre les mains de son homologue, l'abominable machine semblait se ployer sans la moindre résistance; c'en était presque vexant d'ailleurs. Passé l'émerveillement, vint le dépit et la sorcière leva brièvement les yeux au ciel comme accablée par l'incompétence dont elle avait fait preuve. "...lorsqu'on maîtrise cette machine infernale, monter à cheval est un jeu d'enfant" avait-elle affirmé sous les augures de la plaisanterie... ou de la raillerie, au choix. Peu importe, Mylän en ria, tant d'elle-même que de la situation. Elle ria jusqu'à l'apparition d'une nouvelle protagoniste, une animorphe dont les motifs paraissaient obscurs aux yeux de l’illusionniste. Une histoire de sang, celui de la sorcière, possédant visiblement quelques propriétés suffisamment extraordinaire pour pousser la renarde hors de sa tanière. *Sympa l'entrée en scène.* pensa Mylän, de plus en plus amusée. Décidément, ce jardin était plus fréquenté qu'elle ne l'aurait pensé, surtout à une heure pareille. Et la nouvelle demoiselle, était-elle hostile? Pas vraiment, tant par ses paroles que par son attitude. Que étaient ses intentions alors? Pourquoi débouler ainsi? Tenter de prélever quelques gouttes ou juste se contenter d'explications alambiquées? Mylän ne s'en préoccupait guère et pour cause, l'illusionniste ne sentait nullement concernée; il s'agissait d'une affaire entre la dame spectrale et la renarde, elle n'avait donc pas voix au chapitre. Non, elle, elle se contenterait d'observer dans la neutralité la plus totale.

- Je vous laisse. Vous avez des choses à vous dire apparemment. Déclara t-elle la planche métallique à la main.

Autant rentabiliser son temps et s'entraîner avec l'engin, qui se révélait plus docile qu'à ses débuts. Les conseils de la sorcière avaient été utiles, manquait juste la pratique. Ainsi détachée de la conversation, son rôle d'observatrice lui semblait plus facile. Personne ne lui avait demandé d'occuper ce rôle, ni même qu'elles en avaient besoin, seulement, elle n'avait guère envie de voir le sang couler. Pourtant, rien ne prédisait que la situation allait abonder en ce sens, juste une simple précaution. Après tout, sait-on jamais dans ce genre de rencontre...




Dernière édition par Mylän Fendragon le Sam 30 Aoû - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vraska Phyym

avatar

Messages : 82
Nilmin : 1933
Alignement : Chaotique neutre

MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   Jeu 28 Aoû - 18:20

Vraska venait presque à en regretter l'arrivée d'une nouvelle protagoniste. Son séjour avait prit une tournure inattendue mais la frivolité du moment l'avait séduite. Les odeurs familières et le rire de la sorcière aux cheveux couleur miel avaient réussi à faire émerger de précieux souvenirs. La jeune femme aurait souhaité que cette vague de nostalgie l'emporte toute la nuit mais la réalité en était autrement car déjà l'animorphe fit son apparition. C'est avec une certaine grâce que la renarde s'était transformée en humaine et Vraska ne put s'empêcher de laisser la curiosité l'emporter. Elle venait ici chaque année à la même date pour rendre hommage à Aleyna mais jamais encore elle n'avait été confronté à un tel spectacle. Croiser des humains n'aurait pas été très étrange mais la demoiselle trouvait la présence d'une autre sorcière et d'une animorphe quelque peu singulière. Vraska savait vaguement ce qui avait poussé la sorcière à venir ici mais elle ignorait le dessein de cette renarde qui avait choisi de se dévoiler à elles. La jeune femme était à mile lieux de deviner la réelle motivation de l'inconnue. Mais lorsque cette dernière questionna Vraska sur le poison qui coulait dans ses veines, son sang ne fit qu'un tour. Elle ignorait comment cette femme avait pu la percer à jour mais la sorcière était désormais convaincue qu'elle serait à même de lui donner les réponses qu'elle cherchait. Voila près de deux cents ans que la demoiselle avait parcouru le monde dans l'espoir d'en découvrir plus sur cette mystérieuse malédiction et cette nuit marquait peut être le commencement d'une nouvelle étape cruciale. Un frisson d'appréhension lui parcourut l'échine, jamais elle n'aurait pensé que les réponses pouvaient venir à elle sans qu'elle n'y soit préparée. Malgré elle, Vraska redoutait ce moment, elle craignait d'entendre des choses qu'elle ne voulait pas entendre ou pire encore d'être déçue par la vérité si longtemps désirée.

Curieusement, si la sorcière restait muette comme une tombe, la présence de l'autre jeune femme la rassurait car elle n'était pas seule. Mais bientôt, cette dernière prit l'initiative de ne pas se mêler de ce qui ne la regardait pas de prime abord. A nouveau seule avec elle-même, Vraska tâcha de reprendre ses esprits et de replacer ses yeux las sur l'animorphe. Pourquoi voulait-elle des réponses ?  Si elle connaissait l'origine de ce pouvoir, de quoi avait-elle besoin ? La jeune femme devint soudain plus méfiante, peut être que cette femme en avait après son sang après tout.

    « Et que dois-je y comprendre ? Si cette chose dont vous parlez n'est pas censée être en ma possession c'est qu'elle doit avoir un propriétaire légitime, n'est-ce pas ? J'ignore ce que vous cherchez mais ce chemin ne vous mènera qu'au désespoir. » dit-elle calmement et sans animosité notable.


Vraska avait toujours appris à vivre en solitaire c'est pourquoi elle demeurait très prudente quant aux intentions des autres à son égard. Après tout elle était responsable d'un meurtre et cette substance incroyablement mortelle devait probablement être très alléchante pour des personnes mal intentionnées. Néanmoins, l'animorphe à ses côtés n'était pas damnée d'après les connaissances de la sorcière sur ce sujet. Or, ce détail prouvait que la jeune femme ne tentait pas de s'approprier un pouvoir qui n'était pas le sien par simple cupidité. Une réelle motivation devait la traverses pour être ainsi intriguée par son sang. Par précaution, Vraska garda sa main crispée sur sa sacoche contenant des échantillons du poison dont elle était constituée. Même si la renarde ne semblait pas lui vouloir du mal, elle n'était pas à l'abri tant qu'elle ne connaissait pas les desseins de cette dernière. Puisque sa mise en garde n'avait pas effrayé la jeune femme aux cheveux roux, Vraska soupira en réalisant que cette confrontation n'était pas prête de s'achever. Il n'y avait plus qu'à espérer que ses intentions n'étaient pas mauvaises.

    « Très bien. » reprit-elle subitement. « Je vois que vous n'êtes pas du genre à lâcher prise. Alors que diriez-vous d'un arrangement ? Je peux répondre à vos questions si vous répondez aux miennes. »


La jeune femme voulait à tout prix éviter le conflit et espérait que ce marché serait suffisant. Non seulement elle n'avait pas envie de risquer sa vie pour des broutilles et en plus la vie de la sorcière qui les regardaient d'un air médusé était également en jeu. L'affrontement devait donc rester la dernière option à envisager. Vraska grimaça à l'idée de devoir se battre ce soir et souhaitait de tout son être que cette conversation ne prenne pas une mauvaise tournure.


« Je vous laisse mon seul et unique héritage : le regret. » - Vraska

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réminiscence nocturne [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réminiscence nocturne [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baptême de Nuage Noyé et Nuage Nocturne | Libre au Clan
» Petit creux nocturne [libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harthad :: Luthania ~ Terre des Humains :: Jardin d'Highland-
Sauter vers: