Notre monde, leur monde, et l'au-delà se côtoient sans jamais se rencontrer. Jusqu'au jour où...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]

Aller en bas 
AuteurMessage
Roy Moore

avatar

Messages : 22
Nilmin : 2251
Métier : Guerrier de la cité
Alignement : Neutre bon

MessageSujet: Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]   Sam 1 Déc - 0:37

La famille Moore & Muscade Ofrayes


Dans l'ombre d'un soir, Roy marchait seul sur les dalles des rues enchantés de Sachilya. Il était habillé simplement, une tunique grise et un pantalon brun. Vêtements et cheveux étaient trempés puisqu'il avait plu un peu plus tôt. L'eau ruisselait encore dans les petites ruelles humides et des gouttes étincelantes tombaient des toits. Le timbre clair de l'eau concurrencée en beauté avec les étoiles. Le visage de l'homme été marqué par l'inquiétude et la fatigue, entre ses doigts il faisait valser une pièce double face en bronze. Étrange que cette pièce, puisqu'elle été marquée d'un soleil de chaque côté, chaque fibre du corps du sorcier le mettait en garde. Cette pièce était magique, il le savait. Le plus curieux c'est qu'il a pris à un pauvre cleptomane qui, lui-même, l'avait volé à un autre. Après quelque embrochement, il rentra dans une maisonnée sans frapper, tout en rangeant son disque de bronze au fond d'une de ses poches.

Il fut accueillis par un éclat de rire " papa !!! " . Sa voix lui réchauffa le corps, lorsqu'elle se jeta dans ses jambes, il la prit dans ses bras et la coinça doucement entre son bras droit et son torse pour déposer sur son front un tendre baisé. " Emily ! " dit-il comblé, puis " Tu vas bien ? " Elle répondit par un long " Oui ! ". Sans la lâcher, il ferma la porte tandis qu'elle s'accrocha à lui avec ses petites mains et tenta de cacher sa tête entre son épaule et son cou. Sa gouvernante sortie du salon et salua Roy, il gratifia son service par un sourire et un peu d'argent. Elle partit en souhaitant à la famille une bonne soirée, ce que l'homme lui souhaita aussi. Il ferma à clef derrière elle. Ensuite, il alla au salon avec sa petite fripouille accroché à lui. Elle retira sa tête de son cou et elle le regarda dans les yeux, un grand sourire aux lèvres.

- Tu sais ce qu'on a vue aujourd'hui ? .
- Je me doute, sûrement bien des choses incroyables ! Mais réserve à papa tout ton récit pour plus tard.J'au une douche à prendre. Tu veut bien ?
- Je peux te raconter à la porte. Dit-elle doucement. Si tu veut bien ? Annonça-t-elle avec un merveilleux sourire enfantin.

Le salon était une petite pièce chaleureuse où il y avait quelques canapés qui faisaient face à une cheminée où brûlait un feu sans bois. Un brasier magique. Entre l'âtre et les sièges se trouvaient une table basse où était négligemment posé un livre d'image animé. Les dessins sur le livre bougeaient tout seul, on y voyait une petite princesse et son chevalier servant en train de monter une étrange bêtes ailé. Roy posa sa fille sur l'un des canapés et lui proposa de finir de lire cette histoire qu'elle aimait tant. Elle accepta. Il monta à l'étage supérieurs, ouvrit le tiroir de ses sous-vêtements et posa sa pièce de bronze entre deux paires de chaussettes. Une cachette bien ridicule, mais sûrement plus efficace que la salle close où était enfermé les pièces à convictions. Trop de ces pièces de bronze avaient disparu. Après sa douche, il descendit au salon s'assit sur son canapé tout en contemplant sa fille qui lisait son livre, elle s'émerveillait toujours au même moment, alors qu'elle connaissait l'histoire sur le bout des doigts. Doucement, il tapota sa jambe en disant « Tu me racontes ma chérie ? », elle lui répondit que oui et sauta sur lui.

-On a vue un Ananamorphe ! Annonça-t-elle emplit de joie
- Ah bon ? Et il sait transformé ? Fit le père étonné.
- Oui ! Et en autruche en plus, c'était trop marrant. Enchaîna-t-elle . Il m'a dit comme sa terre était belle ! On pourra, un jour, allait chez les Ananamorphe ? - Demanda-t-elle tout en lui faisant les yeux doux.
- On dit Animorphe, ma puce. Corrigea-t-il.
- Non ! A-NA-NA-MOR-PHE ! Alors dit moi ? Insista sa fille.

Il est vrais qu'il était fatigué, il est vrais qu'il avait besoin de changer d'air, alors pourquoi pas ? C'est ce qu'il répondit à sa fille et c'est ce qu'il fit quelque jours plus tard en délaissant totalement la pièce de bronze.

--------------

Le vent, l'eau et l'enfant chantaient une douce mélodie et les feuilles valsaient aux rythmes de cette orchestre inattendu. L'enfant courrait dans un petit ruisseau, Le clapotis de l'eau était parsemé de ses éclats de rires, tandis qu'elle chassait grenouilles et papillons. Mince et frêle, Elle était toute habillée de blanc, du nœud de son serre tête à sa robe maintenant trempé. La petite fille pied nu se trouvait dans une clairière, ses murs avaient été fait de tronc gris ou marron, de feuille rouge à vert et de branche qui se balançait de droite à gauche. Son toit bleu, où habitaient oiseaux et insectes fabuleux, semblait irréel. La petite avait une chevelure brune qui tombait au niveau de sa nuque, elle possédait les mêmes yeux que son père et elle avait le visage rond, propre aux enfants.

Beaucoup d'Animorphes l'avaient traité de fous, un étranger qui pénétrait dans cette jungle en ressortait que trop rare vivant. Il n'eut aucun besoin de répondre, sa fille leur a rétorqué, " papa ne se perd jamais, il me retrouve toujours ! " et lui, pensa émue * Et toujours je te retrouverai* même si aucun ne comprit le sens des mots de sa toute petite fille, Emily. On le traita une deuxième fois de fou car, il ne serait pas capable de protéger sa fille et pourtant ils étaient arrivés ici sans trop de soucis. Malgré quelques animaux hostiles. En sa présence, elle avait rarement peur et en la sienne il se sentait immortel. Il le devait.

Roy était couché dans l'herbe verte, il s'étirait comme un chat, le torse nu, laissant son horrible cicatrice a découvert. Il était bientôt l'heure du déjeuner et le soleil embrassait chaleureusement la chaire du sorcier. L'herbe grasse lui chatouillait le dos, il se régalait des bruits et du sourire semé par sa petite sorcière. Il ne la quittait pas une seule seconde des yeux. La vigilance était de rigueur, malgré la douce quiétude qui régnait en ce lieu. À sa gauche, sa tunique grise était nonchalamment jeté par terre et à sa droite, son épée, sans fourreau, brillait de mille feux.

Elle l'appela pour qu'il regarde ce qu'elle faisait, il se redressa légèrement quittant ainsi la douceur de l'herbe et rétorqua qu'aucun de ses gestes ne lui échappaient. D'un coup, elle bondit, il vit de loin qu'elle avait réussi à capturer quelque chose et qu'elle l'avait enfermer entre ses mignonnes mains. Elle courut vers Roy pour lui montrer, il resta à moitié couché. Elle ouvrit ses mains et il lâcha un petit hoquet de surprise lorsque la grenouille prisonnière sauta sur son visage pour s'échapper. Emily éclata de rire et se moqua de son père, tandis que la grenouille humide tenait en équilibre sur son nez. D'un coup d'un seul, Roy se jeta sur elle la renversant alors, il attrapa la petite grenouille d'une main et la posa sur le front de sa fille en riant. Pour finir il lui fit subir mille chatouilles pour se venger de sa moquerie. leur hilarité résonna dans la jungle malgré son épaisseur.



Une rose d'une louve argenté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muscade Orfrayes

avatar

Messages : 260
Nilmin : 4319
Métier : Gardienne de Thoron
Alignement : Neutre

MessageSujet: Re: Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]   Dim 2 Déc - 16:50



    Dans la cour de la maison commune, les gens s’affolèrent et scandèrent le nom de leur préféré. Un duel si déroulait entre un frère et une sœur. Duel qui rendait soit les gens nerveux ou bien euphorique. Tous apprécier cette complicité qui s’affichait grandement dans les membres de la famille Orfrayes. Bralden affichait un sourire moqueur tandis qu’il regardait Fury et Muscade s’affronter. Le sentiment de toujours vouloir prouver qui avait le dessus sur l’autre rendait ces deux là bien compétitif. Père avait toujours encouragé les affrontements entre nous afin de nous poussé à vouloir s’améliorer. Cela créait une motivation et il adorait nous voir aller. On pourrait dire qu’il nous regardait avec fierté. D’ailleurs, il était venu regarder ses enfants s’affronter aujourd’hui.

    Ce n’était pas comme si on avait crié sur les toits ou bien partout dans Thoron que ces deux là allaient combattre l’un contre l’autre. Comme d’habitude, Fury avait provoqué ma sœur et celle-ci c’était emporter en le giflant. Comme seul réponse, Fury pouffa de rire et attrapa Muscade par l’épaule afin de l’arrêter pendant qu’elle tentait de s’éclipser. L’affrontement débuta par la suite. Muscade était enragée et Fury se moquait d’elle de plus en plus comme toujours. Ils s’affrontaient à main nue, ayant laissé leurs armes près de moi. Cela faisait une demi-heure que cette mésentente durait.

    « Alors Soeurette ? Tu abandonnes ? Tu sais, je peux très bien arrêter si tu es trop fatiguée » Commenta Fury en riant tandis qu’il parait les coups de poing de sa sœur suivit du coup de genou.

    « Jamais je n’abandonne un combat ! Jamais je ne t’ai manqué de respect ! Je n’ai jamais couru après celle que tu as côtoyé pour les menacés de leur cassé les deux jambes si jamais elle te faisait du mal. Non mais à quoi tu joue ? Je me débrouille sans ton aide ! » Répondit ma sœur avec hargne avant de lui prendre le bras et le faire basculer par-dessus son épaule et son dos.

    Fury se retrouvait au sol tandis que Muscade plaça un pied sur le ventre de Fury, en signe de victoire. La foule l’applaudit mais Bralden savait que son frère baissait souvent sa garde pour mieux l’avoir ensuite. Pendant que son père venait le voir pour réclamer l’argent de son pari, car oui on pariait sur le vainqueur du combat. Mon père prenait toujours pour Muscade et moi, je m’en tenais à mon frère. Après tout, je le connaissais mieux que quiconque.

    Fury prit le pied de Muscade et la fit basculer. Elle tomba à la renverse sur le sol et Fury se releva sans lâcher le pied de Muscade. Il la força à se tourner sur le ventre si elle ne voulait pas que son pied se brise. Ma sœur grogna tout en amortissant sa petite chute avec son genou libre ainsi que ses mains. Elle devait surement se dire qu’il n’en était pas question qu’elle mordre la poussière. Ma sœur n’aimait pas être humiliée et le prenait très mal quand c’était l’un de ses frères qui en était la cause.

    Tandis que Fury baissait légèrement sa garde, Muscade réussi à se remettre debout sur une jambe. Après s’être assurer de son équilibre, elle sautilla et lui administra un coup de pied circulèrent tout en tournoyant sur elle-même. Elle se retrouva au sol sur le dos mais Fury était à terre complètement sonner. Elle se releva et frotta ses mains en signe de bon débarras.

    « Tiens-toi loin de mes fréquentations si tu ne veux pas le regretter ! » Lança-t-elle.

    Avant que Fury se relève pour une seconde manche, Muscade fut interpellée par un garde. Le brouhaha de la foule ne permit pas à Bralden de savoir qu’est ce qu’ils se disaient. Mais l’expression du visage de sa sœur ne laissait présager rien de bon. Ses pensées furent interrompues par son frère :

    « Je l’avais… je la tenais, comment elle fait pour me surprendre ainsi ? Au grand frère de la famille, puisse tes conseils éclairés mes futurs combats contre ma sœur cadette pour qu’elle mordre enfin la poussière, Amen. » Ajouta Fury en rigolant.

    « Comence déjà par te tenir loin de ses copains, elle est assez grande pour se débrouiller toute seule. Trouve autre chose pour la provoquer et surtout, baisse pas ta garde ! » Lâcha Bralden en affichant un sourire espiègle. Il se rendit compte que Muscade n’était plus dans la foule. * Mais où est-elle ?*

    ***

    Je courrais loin de la foule, fière de ma victoire. J’avais battu Fury et j’avais tous les raisons du monde d’être enjouée et heureuse. Mais non, au lieu de passé ma matinée a faire en sorte que mon frère se souvienne de son échec cuisante, je devais me rendre à la jungle de rédemption. Les ordres étaient formels, je devais surveiller l’humain qui s’y était aventuré avec sa petite fille afin que rien ne vienne déranger leur petit moment de paix. Malgré l’hostile présence des animaux prédateurs de cette jungle, il devrait quitter en vie et non en mille morceaux. Il était question d’éviter un incident et éviter des rumeurs telles que le Lodemay des animorphes est dangereux. C’était le cas, en quelque sorte. Mais il y a toujours un animorphe Gardien qui sécure le périmètre.

    Aujourd’hui, cette tâche lui revenait de droit. « Chacune son tour » Comme lui a mentionné son supérieur. Seulement, son sourire buté était mal placé. Comme si il avait fait exprès de lui remettre cette tâche aujourd’hui. Mais je n’avais pas le droit de discuter les ordres. Surtout depuis ma dernière mésaventure. Moi qui a faillis tuer un sorcier sous ma forme animal tandis que mon instinct animal prenait le dessus sur ma personnalité. Dire que si ce sorcier ne m’avait pas désarçonné, je serais probablement restée louve à jamais.

    Je me changeai de vêtement dans ma chambre, enfilant une chemise blanche assez lousse pour me permettre de combattre s’il le faut sans aucune gêne. Ensuite, j’enfilai mon pantalon brun ainsi que des bottes brunes. Je laissai mes cheveux lousses et je pris mes ninjatos que j’accrochai dans mon dos. Je me rendis ensuite à l’extérieur de la maison commune pour ensuite me diriger vers la jungle. Une fois à la lisière de la jungle, j’augmentai la cadence et je m’arrêtais pour renifler de temps à autre pour repérer la présence de ses humains dans cette jungle. Au bout d’une dizaine de minute, j’empruntai un chemin ardu qui allait me mener jusqu’à eu. Sautant de rocher en rocher, je remontais une colline aussi rapidement que mes jambes me le permettait. Je les vis dans une clairière, près du ruisseau. La petite s’amusait près du ruisseau tandis que l’homme était étendu dans l’herbe.

    *Quel père inconscient* Pensai-je avant de commencer à faire le tour du périmètre. Après quelques minutes de repérage, rien dans les environs ne semblaient vouloir déranger se moment paisible. Soupirant de soulagement, je m’apprêtais à rester à l’écart quand un regard jaunâtre attira mon attention. Il semblerait qu’une panthère venait de rentrer dans le périmètre. Avant même qu’elle puisse franchir la clairière découvert, je m’interposai entre elle et les humains en grognant pour ensuite me placer en position de combat. Il n’était pas question que cette panthère vienne s’abreuver ou bien faire de ses humains sont repas. Peu importe ses intentions, celle-ci fit un grognement sourd tout en baissant la tête et s’enfuit en sens opposé.

    Soulagée, les bruits des oiseaux reprirent en cœur, me signalant qu’aucun autre prédateur n’était dans les parages. Je poursuivis mon chemin jusqu’à trouver un arbre pour pouvoir m’y installer afin d’avoir une vue d’ensemble sur la clairière et ainsi ne pas déranger ses étrangers. Mais le rire de la petite fille attira mon attention et je remarquai toute suite qu’elle tenait Todd dans ses mains. D’ordinaire, les grenouilles s’enfuissent une fois libérer de l’emprise des mains d’un humain. Voilà que celui-ci attendait que le père et la fille finisse de jouer. Comme si il espérait être pris à nouveau. Je savais que Todd ne l’avait pas eu facile. Il avait seulement six ans et il était orphelin. Passant ses moments de solitude à se baigner sous sa forme animal dans le ruisseau, la petite l’avait repérer.

    N’ayant pas vraiment le choix de brisé ce moment intime, je me rendais auprès d’eux en souriant tandis que ses deux là s’amusait encore.

    « Todd…Laisse les s’amuser. Vient, on va rentrer ! » Répondis-je en m’arrêtant à quelques pas d’eux.

    La grenouille fit quelques bonds pour regarder celle qui l’avait interpellé et tout croisant son regard, repris forme humaine en courant se cacher derrière Muscade. Je me penchai pour le prendre dans mes bras et sourit aux étrangers :

    « Je suis désolé de vous déranger. Je ramène Todd avec moi. Ne vous inquiétez pas, le périmètre est sécurisé. Aucun prédateur ne devrait venir vous dérangez. » Ajoutai-je tout en couvrant Todd du mieux que je pouvais. Je flattais son dos pour le rassurer car l’épaule où reposait sa tête, se mouillait lentement. Quelques petits hoquets plus tard, je repérai le linge du jeune orphelin.

    Je le laissai s’habiller en silence tout en le couvrant des regards humains. J’étais toujours maternelle avec lui. J’attendais encore la réponse du conseil pour son adoption. Je refis un rapide coup d’œil des alentours avant de prendre la main de Todd et marcher lentement vers la jungle. Je n’avais pas le droit d’interrompre un moment de bonheur entre un père et son enfant. Ce n’était pas ma place. Je prévoyais chasser afin de nourrir Todd et revenir les observé afin de m’assurer de leur sécurité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muscade Orfrayes

avatar

Messages : 260
Nilmin : 4319
Métier : Gardienne de Thoron
Alignement : Neutre

MessageSujet: Re: Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]   Mer 23 Juil - 11:17

Rp Abandonné Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un doux moment et une terrible jungle [Pv Muscade]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans la jungle, terrible jungle...
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» L'Amazonie la terrible Jungle
» Mission rang A: Dans la jungle, terrible jungle
» Dans la jungle, terrible jungle ! [ Shinichi ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harthad :: Lodemay des Animorphes :: Jungle de la rédemption-
Sauter vers: