Notre monde, leur monde, et l'au-delà se côtoient sans jamais se rencontrer. Jusqu'au jour où...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un retour attendu [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Isilud Longway

avatar

Messages : 83
Nilmin : 3342
Alignement : Chaotique Mauvais

MessageSujet: Un retour attendu [Terminé]   Lun 5 Nov - 15:34

Ma première impression d'Highland ?  Une cité rongée par la vermine. Où que je regarde, je ne voyais que de beaux immeubles  sans souillures. Des bâtiments sans caractères, tous conformés aux même règles de construction.  Cette perfection apparente était pour moi le symbole d'un mal plus grand. Ici, tout les humains étaient soumis aux décisions d'une minorité. D'un regard nonchalant, je renverse un robot qui passe près de moi, transportant un panier remplit de mets divers.

-Les êtres humains sont tombés bien bas...

Mon action me vaut des œillades inquiètes de la part des passants que j'ignore totalement, je continue de me faufiler dans la populace en écartant avec des gestes brusques ceux qui se collent un peu trop à moi. Ces gens ne peuvent pas regarder où ils vont ? Frustré, je me prépare à libérer mon pouvoir. Ma main gauche s'empare du gant qui cache mon fragment et le relève d'un geste brusque. Si ces êtres ne me respectent pas, je me dois de leur apprendre à le faire. Mon fragment commence à briller devant les yeux médusés d'une mère de famille accompagnée de son enfant. Un frisson me parcourt l'échine. Lentement, j'observe la sorcière qui m'avait conduit ici. Je l'avais complètement oublié celle là. Mon bras retombe et je cesse d'accumuler la puissance nécessaire à faire se lever les vents. J'ai beau être un Damné, un de ces êtres qui font trembler les gens dans leur lit, une partie de moi ne pouvait se résoudre a briser la promesse que je lui avait faite de ne faire de mal à personne. Sans doute un reflet fugace de mon autre moi ? Je jette un regard assassin à la sorcière que je juge être la seule coupable de mon entrave et reprend ma route dans des rues étrangement familières. Le temps presse je le sais. Je ressens une peur certaine à l'idée de disparaître. Et si je n'arrivais pas à trouver d'autres fragments ? Si cet autre moi qui apparaissait par moment prenait le contrôle ? Je n'avais aucune envie de disparaître ainsi, avalé par ce corps. Cette idée me terrifiait au plus haut point. Je ne savais rien de mon autre moi, si ce n'est qu'il s'était effacé il y a bien longtemps.

J'arrive finalement à une vaste place où s'offre à moi deux rues parfaitement identiques. Par où aller à présent ? Je pense me souvenir que ma demeure se situait vers le centre de la ville, mais dans quelle direction était ce ? La sorcière derrière moi ne bougeait pas, attendant de voir ce que j'allais faire. Mais pourquoi me suivait-elle encore celle ci ?

- Tu m'as montré le chemin d'Highland, tu ne peux plus m'aider à présent. Rentre chez toi, je garderais ma promesse de ne faire de mal à personne.


Dernière édition par Isilud Longway le Mer 30 Juil - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learth Waltz

avatar

Messages : 30
Nilmin : 2567
Métier : Simulacre humain
Alignement : Loyal Neutre

MessageSujet: Re: Un retour attendu [Terminé]   Mar 6 Nov - 0:28

    La demoiselle avançait d’un pas pressé dans la rue principale d’Highland. Son regard ne s’attarda pas sur ces lieux qu’elle avait fréquentés depuis sa tendre enfance. Depuis des années, elle avait été baignée dans cette atmosphère à la fois mélancolique et moderne. Les bâtiments n’étaient pas d’une grande poésie et ne brillaient pas par leur originalité. Le gouvernement préférait investir dans des valeurs sures telles que l’économie ou la rentabilité des installations plutôt que tout ce qui peut toucher la sensibilité artistique et l’harmonie de chacun. Cette ambiance pouvait être vécue comme dérangeante auprès d’étrangers, mais la jeune femme était immunisée à l’acier et la conformité. Néanmoins son allure et sa figure blême témoignait de son mal être quant à l’homme qui l’accompagnait. En effet, leur départ avait été quelque peu précipité par des chamailleries qui auraient pu très vite tourner au vinaigre. Cette rencontré prématurée laissa un goût âpre dans la bouche de la demi-sorcière qui scrutait le damné de ses moindres faits et gestes. Était-il si froid et obsédé à ce point ? N’était-il pas plutôt et simplement dans un mauvais jour ? Tant de questions semblables traversaient l’esprit de Learth qui n’avait jamais rencontré de damnés auparavant. Elle aurait voulu tenter une approche, n’importe quoi qui permettrait de faire la trêve pour apaiser son coeur furibond, son esprit agité par la crainte qu’il ne s’emporte encore une fois dans un lieu avec beaucoup plus de victimes potentielles et démunies.

    -Les êtres humains sont tombés bien bas...

    La jeune femme s’apprêtait à prendre la parole quand l’attitude du damné la coupa net dans son élan. Elle le surprit à perdre patiente face à la foule de passants qu’il écartait de manière tout à fait inappropriée. Son courroux avait amené l’homme à ses côtés à la devancer de plusieurs foulées. Learth pressa l’allure dans le but de le rattraper et de l’interpeler de peur qu’il ne rompe sa promesse. S’excusant tant bien que mal et avec beaucoup de maladresse auprès des personnes agacées par le damné, la demoiselle ralentit soudainement les yeux écarquillés. L’homme mystérieux venait d’exhiber brutalement cet étrange fragment d’où il semblait tirer sa force. La demi-sorcière comprit immédiatement de quoi il était question et s’attendait à hurler de désapprobation quand le damné finit par se ressaisir en lui lançant un regard assassin. Le rythme cardiaque de la demoiselle se calma peu à peu, dans la confusion elle baissa la tête en soufflant à demi-voix :

    - Merci…

    Celle-ci ignorait si le damné l’avait entendue, mais ce merci s’adressait davantage à elle-même dans le but de se rassurer. Learth continua de s’interroger sur ce drôle d’individu qui finalement n’était pas plus bavard que précédemment. D’où venait-il ? Pourquoi en était-il arrivé là ? Quel était cette chose qu’il tenait dans sa main ? Tant d’énigmes à résoudre qui brûlait la langue de la demoiselle qui n’osait lui adresser la parole de peur de le froisser ou de sembler trop indiscrète. Après tout, il lui avait laissé la vie sauve non par pitié ou sympathie mais simplement dans le but d’assouvir un but, but qu’elle ignorait en tout point et qui ne l’intriguait que trop. Peut être que cette brutalité apparente n’était que le reflet d’un passé lourd, d’une quête ultime et d’une réflexion pervertie par faute de liens. Fort heureusement, l’énigmatique personnage menait le peloton et en aucun cas il n’avait surprit la jeune femme en train de le dévisager comme une bête curieuse. Soudain l’homme s’arrête, la jeune femme en fit de même en attendant la suite des directives quand celui-ci prit la parole.

    - Tu m'as montré le chemin d'Highland, tu ne peux plus m'aider à présent. Rentre chez toi, je garderais ma promesse de ne faire de mal à personne.

    Learth fut paradoxalement rassurée et déçue par ces paroles qui la laissèrent pensive au premier abord. Certes, le fait que le damné ait tenu sa promesse et qu’il s’apprêtait à maintenir cet engagement soulageait grandement la demi-sorcière. Mais d’un autre côté, sa curiosité sans bornes et son intérêt pour les raisons de l’homme la poussait à se sentir sur sa faim. Elle se surprit à mordre sa lèvre inférieure, comme pour s’empêcher de clamer des choses trop impulsives qui pourraient la mettre dans une fâcheuse posture. Son désir d’en savoir plus n’était peut être pas très sain et surtout, tout ça ne la regardait pas le moins du monde.

    - Je connais Highland comme ma poche, tu sembles perdu si je ne m’abuse. Ce n’est peut être qu’une impression mais si tu recherches un endroit précis ou un élément bien particulier, tu peux compter sur moi comme guide. Du moins… Pour encore quelques temps, je ne voudrais pas t’ennuyer davantage.

    La demoiselle fut plutôt satisfaite par ses paroles qu’elle avait déclamée lentement et d’un ton parfaitement neutre en maître de la situation. Après tout, rien n’engageait le damné à accepter une aide supplémentaire, mais au moins, d’une pierre deux coups, cette éventualité pouvait être un moyen d’en découvrir un peu plus sur ce curieux voyageur.



« Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache. »
_____________________Look like the time; [...] look like the innocent flower, But be the serpent under't.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isilud Longway

avatar

Messages : 83
Nilmin : 3342
Alignement : Chaotique Mauvais

MessageSujet: Re: Un retour attendu [Terminé]   Mar 6 Nov - 1:21

Je continue d'observer la sorcière qui ne semble pas décidée à me laisser en paix. Elle a toutes les bonnes raisons de me fuir, de me laisser continuer seul à déambuler dans cette cité, d'autant plus qu'elle avait ma parole que je ne tenterais pas de faire du mal à son peuple. Pourtant elle reste là, immobile, à se mordiller la lèvre comme si elle avait envie de me suivre. Bien incapable de comprendre ce qui la pousse ainsi à me coller au train, je patiente jusqu'à ce qu'elle trouve le courage d'aligner deux mots.

- Je connais Highland comme ma poche, tu sembles perdu si je ne m’abuse. Ce n’est peut être qu’une impression mais si tu recherches un endroit précis ou un élément bien particulier, tu peux compter sur moi comme guide. Du moins… Pour encore quelques temps, je ne voudrais pas t’ennuyer davantage.

Sa proposition me laisse coi durant quelques secondes. Je n'arrive pas à saisir les raisons de cette offre. Sans doute s’inquiète t-elle que je manque à ma promesse et que je décime la population de cette ville ? Ce doit être ça. Je réfléchis à ma destination. Du peu que je me souvienne, ceux qui avaient enfanté ce corps étaient un mystère pour de nombreuses personnes. Ils étaient riches, certes, mais nul ne savait comment ils avaient obtenu cette richesse. Pas même celui qui avait été leur fils.

- Je conçois qu'il est difficile pour toi de me faire confiance, surtout après ce que tu as vu. Mais bien que cela me répugne – et crois moi quand je te dis que cela m’écœure au plus haut point – je serais bien incapable de rompre cette promesse. Tu n'as nul besoin de me suivre ainsi... Mais si c'est ce que tu veux, tu peux toujours te rendre utile en m'indiquant où se trouve la maison des Longway. D'après ce que je sais, ils sont assez connus ici, ils font partie des grandes puissances de cette ville.

Si cette fille peut me faire gagner un peu plus de temps, je serais bien stupide de cracher sur son aide. Je la regarde réfléchir quelques longues secondes en rongeant mon frein et finalement elle indique d'un doigt hésitant une direction. Sans plus attendre, je me rue dans ce sens en dégageant tout ceux qui se dressent sur mon chemin. La sorcière me suis du mieux qu'elle le peux, ralentissant comme auparavant afin de m'excuser auprès de toutes mes victimes. Arrivé à une seconde intersection, je me retourne pour qu'elle me donne ses nouvelles indications et je patiente le temps qu'elle relève une enfant qui s'était retrouvé sur mon chemin. Apparemment, elle est plus concernée par le fait d'aider ses semblables que de m'indiquer la voie. Je regarde autour de moi, cherchant un indice qui me permettrait d'atteindre ma destination et de la laisser plantée là.

Puis je ressens un soubresaut en moi, comme si une nouvelle porte s'était ouverte dans ma tête. D'un bond, je reprend ma route jusqu'à atteindre un immeuble que rien ne différencie de ses semblables si ce n'est la formes des fenêtres qui laissent deviner des logements bien plus luxueux que dans les autres résidences. Mais c'est ici, je le sais.

Je pousse la porte tournante et me dirige vers le bureau du concierge. Frappant du poing sur son bureau pour le sortir de sa rêverie, j'entame d'une voix froide.

- Le logement des Longway. A quel étage est-il ?

Le regard surpris de l'homme s'éteint quand je l'attrape par les cheveux pour coller son visage contre le bois verni.

- C'est au dernier étage !

Il semble sur le point de pleurer, quel minable. Je le lâche et monte les marches quatre à quatre pour me retrouver devant la porte de mon ancienne demeure. Plus impatient que jamais, je n'essaye même pas d'ouvrir la porte. Mon fragment s'illumine pendant que ma main vient se poser sur la porte, l'arrachant de ses gonds et l'envoyant au milieu du salon. Personne ne semble avoir utilisé cette demeure depuis plusieures années et pourtant, tout semble toujours aussi propre.

- Enfin de retour...

Lentement, je traverse la pièce et vais m'asseoir sur une chaise proche de la fenêtre. Je reste ici quelques secondes, regardant le monde fourmiller à mes pieds. Un frisson me parcoure l'échine et je fais pivoter ma chaise pour faire face à la nouvelle venue. La sorcière m'a suivi jusqu'ici apparemment. Croisant les jambes je me laisse aller à un rire nerveux... Enfin je suis arrivé. J'ajoute avec un sourire mauvais :

- Bienvenue à la demeure des Longway.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learth Waltz

avatar

Messages : 30
Nilmin : 2567
Métier : Simulacre humain
Alignement : Loyal Neutre

MessageSujet: Re: Un retour attendu [Terminé]   Mar 6 Nov - 17:34

    - Je conçois qu'il est difficile pour toi de me faire confiance, surtout après ce que tu as vu. Mais bien que cela me répugne – et crois moi quand je te dis que cela m’écœure au plus haut point – je serais bien incapable de rompre cette promesse. Tu n'as nul besoin de me suivre ainsi... Mais si c'est ce que tu veux, tu peux toujours te rendre utile en m'indiquant où se trouve la maison des Longway. D'après ce que je sais, ils sont assez connus ici, ils font partie des grandes puissances de cette ville.

    Learth resta stupéfaite après une telle réponse. Quels engagements le poussaient à tenir sa promesse en ignorant son dégoût ? La demoiselle continua de scruter le damné, silencieuse et pensive. Peut être n’était-il pas si froid, si impénétrable derrière son regard impitoyable. Ne restait-il pas une part d’humanité derrière ces yeux vermillons ? Cependant, contre toute attente, l’homme avait accepté sa proposition sans trop rechigner. Learth fut satisfaite de voir que sa curiosité allait peut être être comblée d’ici peu, du moins c’est ce qu’elle espérait secrètement. Curieusement, elle qui n’avait aucune affection particulière pour l’individu se sentait irrémédiablement emballée par son histoire, intriguée par l’aura mystérieuse de cette quête à priori anodine. La demi-sorcière avait toujours été d’une nature curieuse, parfois même à l’excès, ce qui lui coûta de nombreuses remontrances de la part du gouvernement d’Highland. Les gens trop intrusifs sont souvent vu comme un danger, un parasite qui cherche à creuser des choses qu’on a trop prit soin d’enterrer. Learth était ce genre de personne qui refusait de s’en tenir à quelque chose qui ne lui semblait pas légitime, qui grattait la couche épaisse au risque de découvrir des issues peu satisfaisantes. Sa curiosité allait peut être un jour ou l’autre coûter sa perte, surtout dans un tel monde où le bon sens et l’altruisme ne sont pas en vogue. Mais elle n’en avait cure, son instinct la poussait à aller jusqu’au bout de ses interrogations, ignorant les éventuels dangers qui viendraient troubler un élan trop téméraire. Qu’avait-elle à y perdre finalement ? Elle n’avait plus personne sur qui compter, comme bon nombre de personnes à Highland, son destin n’était pas lié à de grandes responsabilités politiques ou économiques non plus. Il ne lui restait que le goût amer de la rancune dans la bouche, un monde faussement aseptisé d’une paix éphémère. C’est pourquoi elle voulait à tout prix s’engager à prendre ce risque. Tout en songeant à ce qu’elle pourrait bien découvrir ici en compagnie du damné, la jeune femme s’évertuait à s’excuser à nouveau auprès des personnes bousculées par l’homme à ses côtés. Soudain, elle surprit le damné en train de se ruer littéralement devant un bâtiment relativement imposant. Learth accourue aussitôt dans le vestibule, peu rassurée par la tournure que prirent les évènements.

    - Le logement des Longway. A quel étage est-il ?

    Sa gorge se noua à l’instant où l’homme saisit l’inconnu dans un élan de violence. La demoiselle alla immédiatement prendre des nouvelles du concierge qui se contenta de grommeler en repoussant la jeune femme du revers de la main. Quelle était cette demeure ?

    *Le logement des Longway…* songea t-elle, impuissante.

    Elle se contenta de suivre mécaniquement le damné, bien trop abasourdie pour en avoir pleinement conscience.

    - Enfin de retour...

    Learth jeta un coup d’œil autour d’elle. L’opulence des lieux semblait l’oppresser, comme si la fragilité de son corps ne correspondait pas à l’esthétisme des poutres solides, imposantes, retenant des murs immenses aux décors irréels. La jeune femme n’avait jamais visité ce genre d’endroit, c’est pourquoi son impression était si démesurée. En aucun cas une demoiselle de son rang n’avait eut le droit de fouler un jour un parquet autant ciré. Etrangement, le soin apporté à ces lieux contrastait avec l’absence de vie qui y régnait. De quoi s’agissait-il ?

    - Bienvenue à la demeure des Longway.

    Ces paroles l’arrachèrent subitement de sa contemplation. Immédiatement elle interrogea du regard le damné qui se tenait fièrement sur sa chaise. A tout hasard, elle se risqua à lui demander :

    - Ces lieux… Tout en laissant son doigt glisser sur une rampe afin de constater qu’il n’y avait aucune poussière, elle ajouta ; Tu habites ici ?

    Sa question lui semblant à la fois sensée et stupide. Certes tout laissait croire à ce que l’étranger était familiarisé avec ces lieux. Cependant il fallait bien constater qu’on n’oublie pas si facilement son domaine, encore moins le moyen d’y aller qui n’exigeait aucun guide. On lui avait vaguement parlé de cette famille auparavant, mais rien ne mentionnait une histoire tragique incombant la perte de semblables ou d'un membre damné. Personne n'avait jugé utile d'en dire plus à leurs propos, après tout ces affaires ne regardaient pas le petit peuple et encore moins une jeune femme sans prédestination particulière. Learth continua d’inspecter son doigt, médusée, se demandant dans quel récit elle s’était encore risquée à s’aventurer.



« Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache. »
_____________________Look like the time; [...] look like the innocent flower, But be the serpent under't.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isilud Longway

avatar

Messages : 83
Nilmin : 3342
Alignement : Chaotique Mauvais

MessageSujet: Re: Un retour attendu [Terminé]   Ven 9 Nov - 11:06

- Ces lieux… Tu habites ici ?

Je me lève  et esquisse un petit tour sur moi même. Une douce euphorie me gagne quand mon regard se balade sur cette pièce que je n'avais pas vu depuis des années. Est ce que je considérais ce lieu comme ma demeure ? Bien sûr que non. Il ne s'agissait que d'un de mes nombreux points de passages même s'il revêtait une importance plus particulière.

– Non Sorcière. Cet endroit n'est plus mon domicile depuis bien longtemps. Mais cela reste le lieu de ma naissance et de mon renouveau. Je fais de nouveau un tour sur moi même. Une pièce vide qui curieusement est le symbole de la place que je prenais dans ce monde. Mais il y a bien des mondes par delà ces murs... Comment était ma vie avant ? C'est une question que je me pose parfois. Les vagues souvenirs que j'ai de mon ancienne vie me laissent perplexe mais me remplissent aussi de honte. Quels idéaux avais-je avant d'ouvrir les yeux sur la vérité ? Des principes stupides, basé sur le peu que je connaissais de ce monde. Un esprit innocent, voilà ce que j'étais. J'éclate de rire et recule pour regarder par la fenêtre avant de porter de nouveau mon attention sur la Sorcière. Et maintenant, regarde ce que je suis. Un être condamné à poursuivre une quête vide de sens si ce n'est l'attrait du pouvoir. Un être incapable de s'arrêter de marcher vers son objectif final. Et pourtant, je m'estime heureux, ma damnation à eu raison de l'innocence qu'il y avait en moi. J'ai ouvert un nouvel œil sur ce monde.

Je m'approche de la Sorcière et lui attrape le bras. Sérieux maintenant que mon instant de folie est passé, je l'emmené dans la pièce où j'avais grandis. Ma prison. Il s'agit d'une petite chambre sous les toits. À l'instar du reste de la maisonnée, elle est restée dans le même état que lorsque je suis partis. Là encore, pas une trace de poussière, même les livres que j'avais lu avant mon départ étaient encore à leur place, comme jetés au hasard dans les coins de la pièce et sur le lit. Je lâche la jeune femme et ramasse un des livres. Une écharde de cristal est planté dedans. Avec un sourire, je la retire délicatement et la contemple. Un nouveau morceau de l'Orbe est à moi. Un rire irrépressible monte en moi.

– Je n'avais pas passé d'aussi bonne journée depuis un moment.

Comme je devais passer pour un fou à cet instant. Mais peu m'importe, car un autre fragment de mon pouvoir d'antan est revenu. Je ne m'attendais pas à ce que cette sorcière comprenne de toute façon, et je m'en moquait.

Une fois ma crise initiale passée, je me souvint de ce que je voulais faire exactement dans cette pièce. Offrant ma main à la sorcière, je la guide jusqu'à la fenêtre.

– Voici, Sorcière, la seule chose qu'il m'a été offert de voir pendant toute mon enfance. C'est la raison qui m'a poussé à voyager et qui a fini par faire de moi ce que je suis.

La fenêtre donnait une vue plongeante sur la rue et sur une ruelle qui en partait. On y voyait les passants, des immeubles, encore des passants, des publicités. Et derrière cette apparente opulence, dans l'ombre de la ruelle, on pouvait voir des gens moins bien aisés. Affamés, sales, une famille complète vivait à l'écart de cette société, ignorée par les badauds qui ne leur accordaient même pas un regard.

– Voilà gamine. Le monde ressemble à ça. Les plus forts mangent et les plus faibles sont bons à mourir dans leurs excréments. Était ce la vision que tu avais de ta ville ? Regarde ton peuple. Ceux que tu m'a fais promettre d'épargner. Ont-ils plus de considération pour leur semblable moins bien muni que je n'en ai pour eux ? Je ricane. Vouloir supprimer ton don. Quelle connerie ! C'est l'une des seule chose qui fera qu'un jour tu ne finiras pas comme eux. Une chose qui te place au dessus du commun des mortels. Ta seule chance de survie parmi eux.

Je me sépare d'elle et recule un peu. Je ne sais même pas pourquoi j'ai pris la peine de lui expliquer tout ça. Soudainement fatigué, je m’assois sur le lit et prend appui avec mes coudes sur mes genoux. J'ai dû utiliser trop d'énergie ces derniers temps. Sans doute devrais je rester ici me ressourcer un moment.

Où suis je donc ? Je reste dans le flou quelques secondes encore avant que le sol dur ne se rappelle à mon visage boursouflé. Péniblement, je commence à me redresser en prenant appui sur mes bras maigres, mais ceux-ci s'effacent sous mon poids comme un nuage est dispersé par le vent et je me retrouve une fois de plus la face appuyée contre la terre sèche. Il me semble entendre des bruits de pas qui se rapproche, mais mes sens sont comme endormis et je suis incapable de savoir si ce n'est pas qu'un effet de mon imagination. Brusquement, je décolle du sol, discernant au passage une mèche de cheveux noirs. Mon corps ne me réponds toujours pas, pourquoi donc ? Comment ce corps qui est le mien peut-il être si faible ? Je rassemble tout ce qui me reste de force et...

Je me relève brusquement. Je suis de nouveau dans le vieil appartement des Longway. Ma respiration est rapide et une mèche de cheveux est collée à mon front couvert de sueur. Je prend de grandes inspiration en regardant autour de moi. Plus aucunes traces de la sorcière, sans doute s'est-elle enfuie pendant que je m'étais assoupi. Tant mieux, cela me fait moins de problèmes à régler, même si je devais reconnaître que sa présence m'avait été plutôt utile. Mon regard se dirige vers ma main gantée tenant mon nouveau fragment et je ressens un frissons de joie. Enfin un autre est en ma possession, brillant d'une lumière encore plus vive que celui que j'avais enchâssé en ma main droite, comme si la présence de son frère proche de lui décuplait sa force. Souriant, je le retourne pour découvrir l'image qui l’orne. C'est un quadrillage grossier qui s'écrase et se distant selon la manière dont on le regarde. Je sais brusquement que ce fragment est celui qui me permettrait de continuer mon voyage, m'offrant la possibilité de me déplacer librement en dehors de la trame de l'espace. Regonflé à bloc par cette nouvelle, je déclenche la puissance de l'artefact. Un portail apparaît devant moi et tout à coups je sens que mes forces m'abandonnent. Sans plus attendre, je me jette dans le vortex et je laisse mon esprit se distordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un retour attendu [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un retour attendu [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un retour attendu pour une visite exclusive [Pv Eliza]
» Un retour brusque à la réalité (suite à D'ombre et de lueur) [PV Daaf et Archie] [Terminé]
» Enfin tu es de retour ... [ Terminé ]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harthad :: Luthania ~ Terre des Humains :: Highland-
Sauter vers: